katumbi moise

Répondant aux questions de ses followers cet après-midi sur Twitter, Moïse Katumbi a fait un tour d’horizon de l’actualité politique, économique et sécuritaire du Congo, en abordant pour la première fois de manière concrète les contours de son programme électoral. L’ancien gouverneur du Katanga en a également profité pour tordre le cou aux allégations de Lambert Mende, qui avait affirmé qu’un imam de Butembo avait été arrêté pour des activités de recrutement en faveur des ADF. Morceaux choisis.

 

La situation sécuritaire et l’armée

« Avant tout, je compatis encore encore avec la population. Il faut en finir avec l’armée « business ». Seule une armée républicaine avec soldats bien payés & des officiers intègres restaurera la paix. »

« Situation déplorable. Armée compte des officiers véreux et les militaires ne sont pas bien payés. Il faut résoudre ces deux problèmes. »

Les prisonniers politiques et d’opinion

« Ils doivent être libérés, ils n’ont commis aucun crime. Solution rationnelle est l’instauration de l’Etat de droit. »

La priorité une fois au pouvoir ?

« Restaurer la paix et la justice en reformant armée, police et système judiciaire. Ce sont les deux préalables à tout véritable développement. »

Participation au dialogue ? 

« Le Rassemblement a fixé les conditions de notre participation. Le dialogue doit porter sur l’organisation de l’élection présidentielle. »

Son projet de société

« Avant tout, construire une société plus juste et pacifiée où chaque congolais doit pouvoir penser, s’exprimer, voter, entreprendre librement. Cela passe par l’instauration de l’Etat de droit, un meilleur partage des richesses, la lutte contre la corruption, l’accès aux services de bases (eau, électricité, santé, école), la diversification de l’économie, l’industrialisation et la réforme de l’éducation. »

« L’Etat doit construire des logements sociaux et  permettre aux nouveaux propriétaires de payer des loyers sur 15-20 ans (cf. maisons, ONL). Pour la salubrité, privatiser le traitement des déchets avec des contrats de performance mais aussi sensibiliser la population sur le sujet. »

Pas de djihadistes en RDC

 

Quelles actions si le président Kabila se maintenait au-delà du 19 décembre ?

« Nos actions pour éviter cela ont commencé et se poursuivent. Il est encore temps pour lui de partir. Sinon, avec la population, nous le feront plier. Notre Constitution a prévu l’alternance. Si le Président Kabila ne la respecte pas, nous activerons l’art 64 qui nous oblige à faire échec à la dictature. »

 

Les insultes de Lambert Mende à son égard

« Mon éducation de base ne me permet pas d’entrer dans de telles bassesses. Les insultes sont les armes des faibles. Le grand frère Mende doit savoir qu’il y a une jeunesse qui nous regarde et nous juge. Montrons le bon exemple. »

Sa condamnation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *