Imams Kinshasa

Critiqués par bon nombre de fidèles suite à leur silence face à la situation à Beni, les autorités musulmanes de Kinshasa ont convoqué une réunion en urgence qui se tiendra demain au siège de la COMICO.

Sous pression depuis plusieurs jours, les imams de la capitale de la République Démocratique du Congo font face aux critiques, de plus en plus bruyantes, de fidèles mécontents de leur silence face à la situation de Beni. Ne commentant que très rarement les événements se déroulant à l’Est du pays, les leaders de la communauté musulmane de Kinshasa pourraient adopter une attitude nouvelle et prendre une position commune sur la question.

Outrés par les allégations du porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, qui au lendemain de la tuerie de Rwangoma, avait déclaré qu’un imam de Butembo, recruteur pour les ADF, avait été arrêté, de plus en plus d’imams, poussés par des fidèles en colère, pressaient leurs autorités d’apporter une réponse ferme aux propos du ministre. « Il faut que la COMICO prenne position et qu’on arrête de nous faire passer pour des terroriste, dénonce ainsi un imam kinois. On tue nos frères à Beni, on ne dit rien, on ne fait rien, il faut que ça change, et il ne faut pas laisser Mende casser notre bonne entente avec nos frères chrétiens ».

Ce dimanche, tous les imams de la ville-province de Kinshasa sont donc conviés à une réunion très attendue avec le comité directeur de la COMICO, qui s’est pour sa part bien gardé de communiquer sur l’ordre du jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *