Butembo (Nord-Kivu), nuit du 19 août 2016
Butembo (Nord-Kivu), nuit du 19 août 2016, des jeunes allument un feu en signe de protestation

Pour la deuxième nuit consécutive, les habitants de Beni, mais aussi ceux de Butembo protestent, par du tapage nocturne, contre le couvre-feu instauré décrété dans leurs villes respectives.

Suite au massacre de Rwangoma, qui a coûté la vie à 52 civils le 13 août dernier à Beni, le maire de la ville, Nyonyi Bwanakawa, a décidé d’instaurer un couvre-feu de 20h à 06h du matin. La même mesure à été prise dans la ville de Butembo, où les habitants sont sensés rester chez eux entre 19h et 06h du matin. Dans les deux cas, les jeunes et les activistes, notamment de la Véranda Mutsanga, ont décidé de braver ces interdictions en signe de protestation, estimant que ces décisions ne sont pas adaptées à l’urgence sécuritaire du moment.

À Beni comme à Butembo, une grande partie de la population estime que le couvre-feu est une aubaine pour les « égorgeurs » qui attaquent parfois en pleine journée, et qu’il ne répond pas aux impératifs sécuritaires des habitants. Ce soir, comme hier soir, c’est par des sifflets, des vuvuzelas, des tambours, bidons, tôles ou de la ferraille en guise de percussions, que les contestataires de plusieurs quartiers de Beni et Butembo, continuent à manifester leur mécontentement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *