Désormais libres, les militants de la LUCHA se sont retrouvés aujourd’hui à Goma (Nord-Kivu), où ils ont donné une conférence de presse.

 

Face à la presse, Godefroy Mwanabwato, Fred Bauma, Bienvenu Matumo, ou encore Rebecca Kavugho ainsi que d’anciens détenus, se sont exprimé sur l’actualité du mouvement, mais aussi sur celle du pays. Les militants ont ainsi expliqué qu’ils ne participeraient pas au dialogue qui s’est ouvert cette semaine à Kinshasa, afin de « ne pas se compromettre dans des palabres politiciennes ».

Au sujet de Beni, la LUCHA a demandé à ce qu’une enquête internationale soit menée afin que les auteurs et les commanditaires des massacres puissent être identifiés. Si cette demande est formulée depuis plusieurs mois par de nombreux députés de l’Union Européenne, et malgré les récents appels du Vatican, la communauté internationale traîne encore des pieds lorsqu’il s’agit de se pencher de plus près sur la situation à Beni.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *