À l’appel de l’opposition, de nombreuses manifestations ont eu lieu aujourd’hui à travers la République Démocratique du Congo pour réclamer le départ du président Joseph Kabila, le respect de la Constitution et la tenue d’élections dans les plus brefs délais. Comme on pouvait s’y attendre, compte tenu du climat actuel dans le pays, la marche qui se voulait pacifique a été réprimée dans le sang à Kinshasa.

Limete1

Les manifestants n’auront pas pu rallier la CENI, comme ils souhaitaient initialement le faire. Épicentre des manifestations du jour, la commune de Limete a été le théâtre de violences qui se sont étendues dans plusieurs quartiers de la capitale, pour un bilan estimé aux alentours de 30 morts, en fonction des sources. Dans l’esprit de nombreux kinois, cette journée du 19 septembre n’était qu’un « avant-goût » avant d’autres initiatives plus fortes à venir. Rejoints par l’opposant Martin Fayulu, gravement blessé à la tête et cible de tirs par la police, les manifestants ont souhaité adresser un « préavis » au président Kabila, promettant de le « chasser » du pouvoir le 19 décembre prochain. En marge de cette manifestation, le siège du PPRD (le parti de la majorité), mais aussi des établissements administratifs et judiciaires ont été saccagés par des casseurs à Kinshasa.

Nous vous proposons de revivre les événements de manière chronologique à travers nos publications sur notre compte Twitter tout au long de la journée.




.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *