Dans la nuit du mercredi au jeudi 22 septembre, la commune de Ruwenzori, et plus précisément les quartiers de l’Est de Beni, ont été attaqués par des éléments non-identifiés. Cette incursion a causé la mort d’au moins 7 personnes, alors que plusieurs maisons ont été incendiées.

Le camp militaire de Kasinga était visiblement la cible des assaillants. Vers 20h00, des tirs nourris ont commencé à se faire entendre à partir des environs de l’église de Paida, un quartier situé en périphérie de Beni-ville. Ce sont ensuite les quartiers de Boikene, Bel-Air, Kasinga, Mutsambayi et Buyili, qui ont été mis en alerte, provoquant une vague de panique au sein de la population qui a fui dans la nuit en direction de la partie Ouest de Beni. Jusqu’à 22h00 environ, les combats se sont poursuivis entre les FARDC, arrivés sur place, et les mystérieux assaillants. Difficilement identifiables, comme souvent en cas d’attaque à Beni, les agresseurs ont été désignés par les premiers témoins comme « des ADF-Nalu qui portaient des tenues des FARDC ». D’autres ont déclaré que les assaillants avançaient en dansant au rythme de « tambours et de sifflets, en chantant dans une langue qu’on ne comprenait pas ».

Ce matin, les militaires bloquaient l’accès au secteur de l’attaque, Mutsambayi et Buyili notamment, indiquant à la population que l’ennemi était encore tout proche. Alors que 12 maisons ont été incendiées, plusieurs sources indiquent que 7 morts sont à déplorer, un chiffre qui pourrait être revu à la hausse en fonction des recherches actuellement en cours.



.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *