En décalage avec une large partie de leur base, les chefs des confessions religieuses ont publié un communiqué à travers lequel ils condamnent les violences survenues à Kinshasa les 19 et 20 septembre, tout en réaffirmant leur soutien au dialogue, processus auquel ils participent.

Réunis le mercredi 21 septembre à Kinshasa, après deux jours de manifestations sanglantes dans la capitale congolaise, les représentants des grandes religions présentes en RDC ont signé une déclaration commune sur la situation dans le pays. À leurs yeux, la voie de la paix passe par le dialogue, qui semble pourtant battre de l’aile et dont l’issue reste hautement incertaine.

« Les chefs des confessions religieuses présentent leurs condoléances les plus émues aux familles des victimes qui sont leurs fidèles avec lesquels ils partagent les peines et les espoirs au quotidien, peut-on ainsi lire sur le communiqué. Les chefs des confessions religieuses condamnent ces actes de violence qui endeuillent nos familles et détruisent le tissu économique et social de notre pays. Les chefs des confessions religieuses ont toujours soutenu le Dialogue comme mode de résolution pacifique des différends à tous les niveaux aussi bien familial, communautaire que national; C’est pourquoi ils encouragent les compatriotes qui dialoguent à la Cité de l’Union Africaine de continuer le travail, pour parvenir à un consensus garantissant un environnement électoral apaisé utile à notre pays. »

Présent au dialogue pour la COMICO (communauté islamique en RD Congo), Shaykh Ali Mwinyi est l’un des signataires de cette déclaration, alors que la CENCO avait décidé en début de semaine de suspendre sa participation au dialogue.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *