Même lorsque les rumeurs d’attaque des ADF sont infondées, la mort frappe inlassablement à Beni. Hier, deux militaires ivres ont provoqué un mouvement de panique dans la ville, causant la mort d’une dizaine de personnes.

Rivière Tua

Sous une pluie battante, aux alentours de 14 heures, les habitants du quartier de Malepe sont les premiers à avoir crié à l’incursion ADF. Pour eux, Beni était tout bonnement « en train de tomber » aux mains des « égorgeurs ». Une rumeur reprise dans toute une ville agitée par d’impressionnants mouvements d’une population paniquée et en fuite.

Rapidement, le maire de la ville, Nyonyi Bwanakawa, par une intervention sur une radio locale, a appelé la population au calme, expliquant qu’il s’agissait de deux militaires en civil, arrêtés en état d’ébriété, qui avaient tiré en l’air pour faire croire à une attaque des ADF.

Pour la population, cette fausse alerte aura tout de même eu des conséquences tragiques. À cause des conditions climatiques dantesques, des enfants ont glissé dans la boue et ont chuté dans la rivière Kilokwa, mais aussi dans la rivière Tua. Une femme a succombé à une crise d’hypertension, et des parents seraient toujours à la recherche de leurs enfants. Au total, 13 habitants auraient ainsi été tués en pensant fuir les ADF.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *