Arrêté le 13 septembre, l’imam Muzammil Idrissa est soupçonné par les services de renseignements congolais de collaborer avec les ADF. Alors que les autorités islamiques locales, comme nationales, refusent de commenter l’affaire, c’est le frère du Shaykh qui a récemment exprimé publiquement son étonnement.

« Le Cheikh Muzammil est un citoyen congolais, patriote et qui fait la fierté de ce pays à l’étranger, c’est une erreur, ils se sont mal renseignés sur lui », déclare ainsi un le frère de l’imam, dans des propos rapportés la semaine dernière par le blog congolais Vérité-contre-Mensonge. « Tout le monde sait que mon frère fait des activités de da’wa (ndlr; prédication) en respectant les lois et les autorités du pays. Il a tous les documents possibles et il participe dans le développement du pays par la construction des mosquées et des écoles coraniques et normales dans les villages.  Je respecte les services de renseignements et les juridictions du pays, et je leurs fait confiance, mais je sais Cheikh Muzzammil ne peut pas faire une mauvaise chose à son pays. C’est un musulman sunnite classique, il a toujours été contre la radicalisation, il prêche toujours la paix et est contre l’islamisme-salafiste. Je crois que le gouvernement suit la mauvaise personne. »

Impliqué dans la vie religieuse et associative de Goma, le Shaykh Muzammil Idrissa jouit d’une forte popularité auprès des musulmans de la région, à l’image d’un Hamza Baguma à Butembo, lui aussi arrêté et soupçonné de collaborer avec les ADF. Pour l’heure, il est difficile de suivre l’évolution d’une enquête, qui ne cesse de tâtonner. L’imam Muzammil Idrissa a été transféré à Beni, où il devrait être jugé par le tribunal militaire d’exception, au même titre que tous les éléments présumés des ADF.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *