Revenant sur les deux dernières années ponctuées par les massacres continus dans le territoire de Beni, Jean-Paul Ngahangondi, de la Convention pour le Respect des Droits de l’Homme (CRDH), a critiqué l’inefficacité des FARDC, pourtant déployés en nombre à l’Est de la République Démocratique du Congo, et l’indifférence des différents acteurs politiques congolais.

« L’Etat doit savoir que c’est lui le garant de la population, la sécurité de la population doit être mise au premier plan, a notamment regretté l’activiste. Malheureusement nous constatons avec regret que pour les autorités congolaises, la situation à Beni n’est pas leur préoccupation. Elles s’occupent d’autre chose, de stratégies politiques pouvant permettre aux uns d’accéder au pouvoir et aux autres de se maintenir au pouvoir au-delà du délai constitutionnel (…) alors qu’il y a une partie de la République qui est en train de brûler », a-t-il ajouté, en référence aux discussions en cours à Kinshasa dans le cadre du dialogue national.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *