Près de deux mois après leur arrestation, Hamza Baguma et Djibril Muhindo devraient enfin être fixés sur leur sort. Le tribunal militaire de Beni, qui devait rendre sa décision il y  deux semaines, devrait en effet se prononcer dans la journée.

Hamza Baguma Butembo1

Hamza Baguma, l’imam de la mosquée centrale de Butembo, a été entendu pendant plusieurs semaines, confronté aux accusations d’éléments présumés des ADF l’ayant désigné comme l’idéologue du groupe armé dans la région, son ordinateur personnel a été fouillé et analysé par les militaires, rien n’y a fait, la justice n’aura jamais été en mesure d’établir sa culpabilité. Alors que le tribunal militaire d’exception pensait pouvoir délivrer son verdit il y a deux semaines déjà, la situation devrait se débloquer aujourd’hui, et tous les scénarios restent envisageables. Si dix prévenus, reconnus par la justice comme des membres actifs des ADF, ont déjà été condamnés à mort à Beni, le cas de l’imam Muzammil Idrissa, libéré il y a quelques jours, démontre qu’en l’absence de preuves tangibles, Hamza Baguma et Djibril Muhindo pourraient eux aussi être relâchés.

Aujourd’hui, les fidèles de la mosquée de Butembo, convaincus de l’innocence de leurs imams, peinent à comprendre pourquoi ces derniers restent détenus à Beni et à la merci d’une lourde peine. De leur côté, les autorités islamiques du Nord-Kivu et les leaders de la COMICO, se montrent plus prudents face à une situation qui, de l’aveu de tous, est on ne peut plus floue.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *