Quatre jours après la pose de la première pierre, les travaux de la nouvelle mosquée de Kisangani impressionnent. Au rythme où évolue le chantier, le lieu de prière pourrait bien être inauguré plus tôt que prévu.

14479793_996958317081697_401329584472458827_n

Sous la supervision de l’AJEMESCO, la construction de la mosquée de la commune de Makiso évolue à un rythme impressionnant et inattendu. En effet, en moins d’une semaine, toutes les façades de l’édifice ont été érigées, le mihrab (espace de prière occupé par l’imam) est clairement apparent, et les premières briques décoratives ont commencé à être posées. À pied d’oeuvre depuis le premier jour, les ouvriers n’auront jamais interrompu les travaux, marquant seulement une pause d’une demi-journée lorsque des pluies diluviennes se sont abattues sur Kisangani samedi dernier. Toujours présent dans la ville, Alhadji Kamana, représentant de l’ONG Future Life, qui finance le projet, inspecte tous les jours le chantier et se montre particulièrement admiratif de l’évolution des travaux, qui pourraient à ce rythme prendre fin dans quelques semaines seulement.

Par ailleurs, depuis la fin de la semaine dernière, et à l’initiative de l’association des jeunes musulmans pour l’éducation et le bien-être social en RD Congo (AJEMESCO), une campagne de prédication islamique se tient quotidiennement sur le parvis de la grande mosquée centrale de Kisangani. C’est ainsi que des débats ont été organisés avec des pasteurs influents de la ville, ainsi que des sessions d’information et de sensibilisation auprès de la population sur le message véhiculé par le Coran. Au terme de ces forums religieux, environ 7 personnes ont déclaré publiquement leur conversion à l’islam.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *