Hassan Kandolo, qui dirige l’association des jeunes musulmans pour l’éducation et le bien-être social en RD Congo (AJEMESCO), a bien connu l’imam Hamza Baguma lors de sa formation religieuse. Réagissant sur les réseaux sociaux à la sentence prononcée par le tribunal militaire de Beni, le coordonnateur associatif s’est dit choqué par la condamnation à mort de l’imam de Butembo.

Hassan Kandolo (au centre), président-coordinateur de l'AJEMESCO
Hassan Kandolo (au centre), président-coordinateur de l’AJEMESCO

« Je suis très choqué. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé mais j’ai connu Hamza Baguma depuis l’Arabie Saoudite, écrit ainsi Hassan Kandolo sur son profil Facebook. Ce fut homme calme,très sympa, très intelligent. Il a eu la chance de mémoriser tout le Coran. Nous partagions la table ensemble. Et suite à sa distinction, le ministère religieux saoudien l’a pris en charge en lui faisant bénéficier d’un salaire qui lui convenait. C’est du rêve pour moi. Une perte totale. Qu’ Allah te protège.« 

Pendant le procès, Hassan Kandolo avait déjà manifesté son soutien aux imams Hamza Baguma et Djibril Muhindo, doutant fortement de leur implication dans les activités des ADF à Beni. Autre personnalité à réagir à cette affaire, Shaykh Assumani Kasongo, chef de l’entité islamique du Sud-Kivu, a estimé que « lorsque la politique vient se mêler à une affaire, on ne peut rien attendre de bon ».

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *