En dépit de l’ultimatum adressé par les FARDC, et qui est arrivé à expiration hier, les adeptes de la secte « Corps du Christ » ont refusé de se rendre et de quitter le Mont-Carmel, à Butembo, où ils sont réfugiés depuis plusieurs semaines.

tract secte Corps du Christ1

C’est à travers un mystérieux tract diffusé hier soir dans les rues de Butembo que les miliciens ont fait connaître leurs positions. Un document non authentifié, signé par un certain « Général Baraka », stipulant que les Maï-Maï  ne céderaient pas aux injonctions de l’armée et du gouverneur Julien Paluku, qui les avaient invité à déposer les armes sous peine de voir les FARDC attaquer le Mont-Carmel. Pendant toute la journée d’hier, le survol à basse altitude des positions de ce groupe par deux hélicoptères de la MONUSCO avait laissé croire à l’imminence d’une attaque particulièrement redoutée par les populations locales. De nombreux habitants des quartiers Kyaghala et Rughenda ont en effet commencé à prendre la fuite, craignant de subir les dommages collatéraux d’un assaut des FARDC sur le Mont-Carmel. À Butembo, certains pensent que le communiqué pourrait être l’oeuvre de Baraka ‘Lolwako’ Mumbere, leader des Maï-Maï Mazembe dans la ville, groupe distinct des Maï-Maï ‘Corps du Christ’.

Au sein de la population, nombreux sont ceux qui émettent des doutes sur l’authenticité des tracts attribués aux Maï-Maï « Corps du Christ », un groupe qui « n’a jamais égorgé la paisible population » rappelle-t-on ainsi. Pour leurs partisans, il s’agirait tout simplement d’une manœuvre du pouvoir pour diaboliser un mouvement d’ores et déjà considéré comme une nouvelle rébellion dans le Nord-Kivu. Pour ses détracteurs, ce communiqué est au contraire la preuve que la secte « Corps du Christ » ne cherche pas à attaquer les ADF à Beni, comme elle le prétendait initialement, mais bien à semer le chaos à Butembo en s’en prenant aux symboles de l’Etat.

Armés de lance-pierres et de lances, les adeptes de cette secte chrétienne sont rassemblés depuis plusieurs jours au Mont-Carmel, à Butembo, où ils souhaitaient dans un premier temps attirer des renforts parmi les citoyens pour aller traquer les présumés-ADF à Beni. Suite à leur accrochage il y a 10 jours à Kabasha contre les FARDC, les miliciens de la secte « Corps du Christ » avaient bénéficié d’un large soutien de la population, déçue de l’inefficacité des forces loyalistes face aux rebelles ougandais. Craignant une opération militaire de grande envergure à Butembo, de nombreuses voix se sont élevées dernièrement pour demander à ces hommes de quitter la ville et de rallier Beni pour mener à bien leur « mission ». Du côté des FARDC, on rappelle que seules l’armée, la police et la MONUSCO sont habilitées à sécuriser le territoire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *