C’est ce matin vers 06h00 qu’un « engin non identifié » a explosé près du camp militaire du contingent indien de la MONUSCO à Kyeshero, localité située dans la périphérie de Goma. Une fillette a été tuée, 32 militaires et 2 civils ont été blessés par l’explosion.

Si c’est au départ la mauvaise manipulation d’une grenade qui a été évoquée, il s’agit finalement d’une attaque préméditée dont la MONUSCO a été la cible. De source proche de l’ONU, on assure que l’explosion a été provoquée délibérément, et que l’engin de fabrication artisanale a été placé dans un bidon, tout près de la base militaire onusienne. Alors que les Casques Bleus sont aux prises avec plusieurs groupes rebelles qui sèment le chaos sur toute l’étendue de la province, cette attaque vient rappeler que la mission onusienne fait également office de cible, au même titre que les militaires des FARDC. Particulièrement impopulaires auprès de la population du Nord-Kivu, qui les juge inefficaces dans la traque des rebelles ADF et FDLR, les hommes de la MONUSCO avaient déjà été ciblés par le passé dans le territoire de Beni. C’est ainsi que 5 Casques Bleus avaient été attaquée en mai 2015 dans ce secteur, alors que 3 autres, un an plus tôt, avaient reçu une grenade lancée contre leur véhicule.

Alors qu’aucune revendication n’a été émise suite à cette attaque, Charles-Antoine Bambara, porte-parole de la MONUSCO, a indiqué à l’AFP qu’une enquête avait été ouverte pour déterminer les circonstances du drame.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *