Les massacres, les kidnappings et le soupçon porté sur les FARDC continuent à rythmer le quotidien de milliers de congolais dans le territoire de Beni. Déçus par l’Etat, les habitants rêvent de plus en plus fort de l’apparition d’une sorte de messie patriote qui viendrait pacifier la région, un nouveau Mamadou Ndala.

Mamadou-Mustafa-Ndala

Aucune personnalité congolaise n’aura jamais été en mesure de combler le vide immense laissé par la disparition brutale du héros de la guerre contre le M23. Le président Joseph Kabila, dans le Nord-Kivu plus qu’ailleurs en RDC, fait l’objet d’un rejet violent et systématique de la part de la population, et l’armée, dont certains éléments sont soupçonnés de prendre part aux trafics, voire même aux massacres perpétrés par les groupes armés, inspire plus la crainte que l’assurance auprès des populations civiles. À Beni, Lubero, Oïcha, Butembo, on regrette amèrement que le Colonel Mamadou Ndala n’ait pu terminer le nettoyage de la région, fauché à 35 ans alors qu’il venait de débarrasser la province du M23 et que l’éradication des ADF-Nalu était en cours. Rwangoma, Kasinga, Mayangose, chaque massacre perpétré à Beni est accompagné des mêmes réactions de la part de la population : critiques de la MONUSCO, slogans hostiles au président Kabila et chants réclamant le « retour » du Colonel Mamadou Ndala. Profondes et émouvantes, ces scènes sont observées avec une certaine nostalgie dans les rangs-mêmes des militaires présents pour tenter de contenir l’humeur populaire.

C’est justement en s’appuyant sur cette touche émotionnelle que certains habitants n’hésitent pas à approcher des FARDC particulièrement disponibles et ouverts à la discussion dans la région. Dans la ville de Butembo par exemple, des jeunes civils se remémorent aux côtés de leurs amis militaires la période prestigieuse de l’armée dans le Nord-Kivu sous le commandement du Général Lucien Bahuma, lui aussi disparu dans des circonstances suspectes. Par cette démarche, les habitants tentent de dénicher « un patriote », un « nouveau Mamadou », qui reprendrait le flambeau de la lutte sincère et dévouée pour le peuple congolais en remettant de l’ordre au sein de troupes aujourd’hui accusées d’intelligence avec l’ennemi : « Les militaires sont sensibles à la condition du peuple, nous explique un jeune militant citoyen de Butembo. Ils voient les massacres, les kidnappings, ils souffrent avec la population, et puis eux-mêmes sont mal payés, mais ils sont sous les ordres. Ceux à qui nous parlons, nous leur demandons de ne pas tirer sur la population qui manifeste pacifiquement et de se joindre à nous, mais c’est difficile pour eux, car même si ils sont avec nous par le cœur, ils doivent avant tout se soumettre aux ordres ».

Tentant d’atteindre le cœur des FARDC, la Véranda-Mutsanga et des centaines d’habitants de Butembo ont organisé pendant plusieurs semaines une collecte de vivres pour les militaires engagés sur le front à Beni. « Nous savons très bien que les soldats sont bien nourris par l’Etat, mais notre démarche est un signe de soutien en leur faveur », expliquait hier Tembos Yotama, le leader du mouvement. Mais l’enthousiasme des habitants a vite été douché par les autorités municipales de Butembo, qui ont refusé de faire transiter les vivres dans les camps militaires, enjoignant aux militants de les leur faire parvenir par leurs propres moyens. Comme quoi, dans le Nord-Kivu, les histoires d’amour entre la population et son armée semblent être destinées à être entravées par des interférences politiques, qui séparent toujours plus le peuple de ses élus. Au sein de l’armée régulière, ni le Général Marcel Mbangu Mashita, commandant du secteur opérationnel Sukola I Nord, ni le Général Fall Sikabwe, commandant du secteur Sud, ne semblent avoir le charisme, ni l’aura, ni la réussite militaire, susceptibles de susciter l’adhésion populaire dont a bénéficié le regretté Colonel Mamadou à Goma et dans tout le Nord-Kivu il y a 3 ans.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *