L’actualité politique congolaise n’échappe bien évidemment pas aux imams du pays, qui sont de plus en plus nombreux à inviter les fidèles à s’y intéresser. Numéro 2 de la mosquée Bawarid, dans la commune de Matete (Kinshasa), l’imam Souleyman Nieta va plus loin, en exhortant les musulmans à s’investir en politique.

depute-top

« Beaucoup pensent que la politique est réservée au chrétiens seuls. En réalité, il faut connaître la façon de faire cette politique. Le Coran et la Sounna n’interdisent pas au musulman d’entrer en politique, à condition de pratiquer l’équité et la justice. Le mal, c’est que dans certains pays, la politique est très mal réputée, elle va à l’encontre des lois d’Allâh. À l’époque du Prophète, il y avait aussi la politique, en tant qu’organisation structurelle pour diriger l’Etat de Médine. Après la conquête de La Mecque, le Prophète a désigné des gouverneurs dans les différentes régions islamiques, ça c’est de la politique ! Cependant, je dis aux musulmans qui voudraient s’investir qu’ils doivent être animés par la crainte d’Allâh, appliquer la justice et éviter l’injustice, respecter les lois islamiques, ne pas comploter pour détruire l’islam et les musulmans, et avoir l’amour de son prochain ».

En République Démocratique du Congo, les personnalités politiques musulmanes les plus en vue sont la sénatrice Eve Bazaiba Masudi, et Abdallah Pene Mbaka, le gouverneur de la province de l’Ituri. La communauté musulmane a toujours exigé une meilleure représentativité au sein des institutions nationales, notamment du gouvernement, sans jamais obtenir satisfaction.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *