Alors qu’aucun accord politique n’a été conclu quant au sort du président Kabila, qui vit théoriquement aujourd’hui le dernier jour de son mandat présidentiel, des manifestations de masse pourraient avoir lieu aujourd’hui sur toute l’étendue du territoire de la République Démocratique du Congo. Suivez cette journée sur notre fil d’actualité.

CongoCrisis


Suite à la décision du gouvernement de fermer l’accès à Internet et aux réseaux sociaux aujourd’hui en République Démocratique du Congo, le partage d’images et de vidéos est rendu particulièrement difficile, voire impossible, pour de nombreux médias, mais aussi pour les habitants. Pour l’heure, quelques images seulement ont pu être diffusées, illustrant pour la plupart d’entre elles la forte présence policière et militaire dans les grandes villes du pays.

 

  • Kinshasa : Massivement déployées dans la ville, les forces de l’ordre empêchent tout rassemblement et semblent avoir dissuadé ceux qui avaient l’intention de manifester aujourd’hui. Dans la commune de Limete, fief d’Etienne Tshisekedi, la matinée a ainsi été totalement calme. À l’UNIKIN, la matinée a été tendue entre, d’un côté, des étudiants qui souhaitaient organiser une marche pacifique, et de l’autre, des militaires et des policiers qui bloquaient l’accès du campus. À noter que d’autres étudiants, brandissant des bidons d’essence, s’en sont pris verbalement aux journalistes.

 

  • Beni : Le Rassop a appelé à une marche pacifique aujourd’hui dans la ville. Comme à Oïcha (chef-lieu du territoire de Beni), tout a été très calme ce matin et la population a vaqué à ses occupations de manière presque normale.

 

  • Goma : Sur certaines routes, comme Ndosho et Majengo, la population a dressé et incendié des barricades, sans que cela n’entraîne pour autant des affrontements avec les forces de l’ordre qui ont massivement quadrillé la ville. Comme Kinshasa, Goma avait des allures de ville-morte ce matin, les activités s’y déroulant au ralenti, alors que de nombreux commerces sont restés fermés. Enfin, selon le Rassemblement de l’Opposition (Rassop), 11 membres de l’opposition qui préparaient des manifestations ont été arrêtés ce matin à Goma.

 

  • Bukavu : Rien à signaler dans la ville du Sud-Kivu. Activités au ralenti, commerces fermés. Aucune manifestation ce matin.

 

  • Lubumbashi : Là aussi, les militaires ont été déployés en masse. La ville a passé une matinée calme et aucun incident n’est à signaler.

 

  • Butembo : La journée a commencé par une attaque des Maï-Maï dans la commune de Vulamba. Les miliciens s’en sont pris à une prison, à la mairie et à un sous-commissariat, avant la riposte des FARDC et de la MONUSCO. Un Casque-Bleu a été tué dans ces accrochages, et deux autres ont été blessés. D’abord estimé à 4 morts, le bilan a été revu à la hausse avec 7 tués.

Un résumé imagé de la journée qu’ont passé bon nombre de kinois aujourd’hui, entre ville-morte et militarisation de la ville, comme ce matin au niveau du rond-point des Huileries.

Huileries1


Huileries 2


Huileries 3


Dans plusieurs grandes villes de la République Démocratique du Congo, la population a décidé de siffler la fin du mandat du président Joseph Kabila, qui expire à minuit, à coups de sifflets, de tambours, et en frappant sur des casseroles.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *