Alors que la semaine a été marquée par des troubles sur l’ensemble du territoire congolais, les mosquées de la capitale ont profité de la prière du Vendredi pour consacrer une invocation spéciale pour la paix en République Démocratique du Congo.

C’est ainsi à travers un « qunoût », qu’on a l’habitude d’adresser les nuits de Ramadan (pendant Tarawih) ou encore pour les demandes de la pluie, que les musulmans kinois ont invoqué pour l’unité nationale et la sécurité au Congo. Les fidèles ont également prié pour que cesse l’effusion de sang dans le pays, et pour que les discussions politiques, qui prennent fin aujourd’hui, débouchent sur un accord satisfaisant pour toutes les parties.

Si la démarche est exceptionnelle à Kinshasa, elle est justifiée par le contexte particulièrement tendu que traverse la ville, comme certaines autres régions congolaises. Le « qunoût » est en revanche beaucoup plus utilisé dans le Nord-Kivu, où les populations sont exposées à la peur, à l’insécurité et à la guerre.

Le « qunoût » des enfants de Oïcha, chef-lieu du territoire de Beni :




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *