Il s’agit pour le projet Beni Files de mettre un visage, un nom derrière les chiffres vertigineux du nombre de victimes des massacres de Beni depuis octobre 2014. À travers un documentaire et un site Internet spécialement dédié, les travaux de la réalisatrice belge Elien Spiellebeen se présentent comme un hommage aux plus de 1000 personnes tombées sous les coups de machette des présumés-ADF.

BENI FILES – TRAILER NL from hetpeloton on Vimeo.


Interrogée par RFI, Elien Spiellebeen a expliqué avoir cherché à humaniser les victimes des massacres de Beni, montrer au monde qu’au-delà des chiffres, il s’agissait avant tout de personnes qui avaient un vécu, une histoire, une famille : « On veut montrer des émotions, qu’on peut très facilement reconnaître, explique-t-elle ainsi. Des émotions très personnelles pour dire au monde : ce ne sont pas des chiffres, ce ne sont pas des inconnus, voici les vrais visages des victimes de ces massacres, à l’est du Congo, dans la région de Beni. »

De village en village aux alentours de Beni, Elien Spiellebeen a rencontré les habitants exposés aux attaques et a recueilli les témoignages de 636 personnes, selon la radio, qui lui ont raconté la perte de leurs proches, ainsi que la manière dont eux mêmes ont échappé à la mort.

Actuellement en construction, le site Beni Files sera officiellement en ligne au mois de février 2017.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *