Les points communs sont nombreux entre la députée nationale et secrétaire générale du MLC (Mouvement de Libération du Congo), Ève Bazaiba Masudi, et le regretté Colonel Mamadou Ndala. Si tous deux sont originaires de l’ex-Province Orientale et qu’ils partagent la même foi musulmane, ce que l’on sait moins, c’est que Mamadou Ndala a été par le passé un membre du parti de Jean-Pierre Bemba.

Eve Bazaiba Masudi

Comme nous l’avons vu précédemment, Mamadou Ndala s’est engagé dans l’armée au mois de juin 1997, soit quelques semaines seulement après l’invasion victorieuse de ce qui était encore le Zaïre par Laurent-Désiré Kabila et ses alliés rwandais. Est-ce face à cet événement que la fibre patriotique du jeune homme de 19 ans s’est affirmée ? C’est fort probable. Alors que certains de ses proches confirment qu’entre 2002 et 2003, Mamadou Ndala est passé temporairement par le Mouvement de Libération du Congo, l’information est également validée par le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI). Alors pleinement impliqué dans le conflit centrafricain, le MLC est connu pour ses idées nationalistes et son opposition au Rwanda.

En mars 2015, c’est Ève Bazaiba Masudi en personne qui révélera publiquement l’appartenance éphémère du héros national au parti de Jean-Pierre Bemba : « Je vous informe qu’une personnalité de ce pays comme Mamadou Ndala est venue du MLC, de même que le général Bahuma. Nous avons proposé de prendre les fils de ce pays qui maîtrisent les contours de la sécurité pour être au front, en première ligne, et ça été accepté », avait-elle ainsi déclaré dans une interview à la RTGA World. Répondant à des questions sur les remous de l’époque au sein-même du MLC, elle avait rétorqué qu’il ne s’agissait que d’une « tempête dans un verre d’eau », en rappelant les épisodes glorieux du parti à ses yeux, dont le passage du Colonel Mamadou Ndala.

Doté de sa propre armée, le MLC de Jean-Pierre Bemba est notamment connu pour son implication dans la deuxième guerre du Congo, mais aussi pour son intervention en Centrafrique aux côtés du président Patassé face aux forces de Bozizé. Condamné à 18 ans de prison pour crimes contre l’humanité et de crimes de guerre par la CPI, Jean-Pierre Bemba voit désormais son parti être incarné par Ève Bazaiba Masudi, l’une des opposantes les plus farouches au président Joseph Kabila.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *