Ralenties par une coupure de courant, mais aussi l’interruption de l’accès aux réseaux sociaux et la communication rendue difficile avec les bailleurs de fonds, les activités de l’AJEMESCO ont repris hier à Kisangani avec le forage d’un nouveau puits.

Forage3

Faute de moyens, c’est bien à la main et à l’aide de quelques pioches et de pelles, que les ouvriers ont entamé le forage d’un puits près de la mosquée située sur la 17ème avenue de la commune de Kisangani. En creusant jusqu’à dix mètres de profondeur, ils espèrent trouver de l’eau avant de reproduire la même action à d’autres endroits. Revenu d’un déplacement effectué dans l’urgence au Rwanda pour rétablir le contact avec ses bailleurs de fonds qataris, Hassan Kandolo, le président-coordonnateur national de l’AJEMESCO, s’est félicité de la reprise des travaux entamés depuis plusieurs mois déjà dans la région de Kisangani. Avec la construction de mosquées, le forage de nouveaux puits a constitué l’activité principale de l’association ces derniers temps.

Active dans l’ex-Province Orientale, mais aussi dans le Maniema et les deux Kivus, l’AJEMESCO est connue pour son encadrement des jeunes musulmans, ses services de formation d’imams ainsi qu’un certain nombre d’activités sociales et humanitaires.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *