Idi-Ngoma

Fait rarissime dans nos mosquées congolaises, la politique s’est invitée dans le discours du vendredi prononcé avant-hier par Shaykh Idi Ngoma à Matadi (province du Kongo-Central). Si l’islam accorde une place importante à la politique et au rôle que doivent y jouer les musulmans, nos imams sont la plupart du temps frileux sur de tels sujets.

Citant les textes religieux relatifs aux gouverneurs, terme qui peut tout aussi bien viser les gouvernants nationaux que provinciaux, Shaykh Idi Ngoma a rappelé, tout au long de son prêche, l’attention que ceux-ci devaient porter au respect de leurs engagements.

Si l’imam n’a pas fait de rapprochement explicite entre les textes tirés de la Sunnah et la situation politique au Congo, les fidèles auront bien compris l’essence du message que Shaykh Idi Ngoma a voulu faire passer, dans un pays où les responsables politiques, gouvernants comme opposants font l’objet d’un rejet de plus en plus prononcé de la part de la population.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *