Empêchés de se rendre à La Mecque par les autorités saoudiennes l’année dernière, les musulmans de la République démocratique du Congo faisaient les frais de l’épidémie d’Ebola qui sévissait à l’Est du pays. Pour la deuxième année consécutive, ils pourraient être privés du Pèlerinage à La Mecque en raison de l’épidémie de coronavirus qui bouleverse la planète.

Contrairement à l’année dernière, la mesure ne concernerait pas spécifiquement les musulmans venus de la RDC, mais absolument tous les pèlerins du monde, puisque le rite pourrait tout simplement être annulé. Pour l’heure, aucune décision officielle n’a été prise, alors que le Hajj doit débuter au mois de juillet. Muhammed Saleh Benten, le ministre saoudien du Pèlerinage, a cependant jeté le doute sur la tenue du rite cette année en raison de la pandémie de covid-19 :

« L’Arabie saoudite est totalement préparée à servir les pèlerins », a ainsi déclaré le ministre à la télévision saoudienne. « Mais dans les circonstances actuelles […] le royaume veut protéger la santé des musulmans et des citoyens et nous avons demandé à nos frères musulmans dans tous les pays d’attendre, avant de passer un contrat (avec des agences de voyages spécialisées; ndlr), que la situation soit claire. »

Muhammed Saleh Benten, ministre saoudien du Hajj

Alors que le Hajj réunit plus de 2 millions de pèlerins par an, la part des musulmans congolais qui y participent reste nettement marginale avec 80 à 120 fidèles environ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *