L’organisation Etat Islamique en Afrique Centrale a revendiqué un accrochage avec les Forces armées de la République démocratique du Congo ayant conduit à la mort de deux soldats congolais. Publié sur Twitter par l’analyste Wassim Nasr, expert en djihadisme, le communiqué évoque des combats survenus « avant hier » face aux FARDC à Anzuma et dresse le bilan de cette attaque.

Province de l’Afrique Centrale, mercredi 22 Sha’bân 1441 (ndlr; correspond au mercredi 15 avril 2020 dans le calendrier islamique);

« Par la Grâce d’Allâh, qu’Il soit exalté, les troupes du califat ont affronté avant-hier des éléments de l’armée de Croisés congolais dans le village de Ntoma, en territoire de Beni, neutralisant deux d’entre-eux et récupérant des mitrailleuses ainsi que diverses munitions; louanges à Allâh. »

Cette revendication de l’Etat Islamique intervient alors qu’une attaque survenue le lundi 13 avril au soir à Halungupa (territoire de Beni) a causé la mort d’un civil et de deux militaires des FARDC. L’armée, qui avait évoqué un « ennemi non identifié », a indiqué que les assaillants avaient mené cette attaque dans le but de se « ravitailler ».

L’Etat Islamique en Afrique Centrale, qui a adoubé les combattants ougandais de l’ADF présents en RDC, se montre également particulièrement actif au Mozambique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *