Illustration : Aïd Al Fitri célébrant la fin du Ramadan à Kinshasa (juin 2019)

Face à la fermeture de toutes les mosquées de la République démocratique du Congo dans le cadre des mesures de lutte contre l’épidémie du covid-19, les musulmans du pays se préparent à passer un mois de Ramadan dans des conditions exceptionnelles. Alors qu’ils espèrent encore une fin de confinement avant la clôture de ce mois de jeûne, les fidèles musulmans s’organisent pour rythmer leur vie spirituelle et vaincre la routine.

« Ce Ramadan en plein confinement va donner un prétexte pour certains à passer leurs journées à la maison, devant les séries télévisées et l’insouciance, alors que c’est un mois de spiritualité, de jeûne, de lecture de Coran et de prières », s’inquiète l’imam Ali Famba Hemedi dans un discours audio transmis à ses fidèles sur les réseaux sociaux. Tout au long de la semaine, alors que le début du mois de Ramadan pourrait être officialisé d’ici 5 jours, imams et prédicateurs se sont relayés sur les ondes pour mobiliser les musulmans et les motiver à l’approche d’un mois vécu cette année comme une véritable inconnue. En effet, confinement oblige, les musulmans du Congo seront privés des traditionnelles prières du Tarawih, rendez-vous nocturnes qui animent les mosquées tous les soirs du Ramadan. De la même manière, les mesures décidées par le gouvernement empêchent les nombreuses conférences qui rythment généralement cette période et donnent lieu à de fortes affluences au sein des mosquées.

Pour les leaders musulmans congolais, la priorité du moment est donc d’éviter une banalisation du mois de Ramadan, en dépit des circonstances particulières dans lesquels il va se dérouler. « Nous devons nous soutenir et faire bloc pendant cette période, en ligne et par les réseaux sociaux, pour que chacun fasse vivre l’ambiance du Ramadan dans son foyer », explique un prédicateur de Kinshasa. « On vit ça comme si Allâh nous avait chassés de Ses mosquées en raison de nos péchés; cela doit nous forcer à nous remettre en question. »

Quatrième pilier de l’islam, le Ramadan correspond au 9ème mois du calendrier islamique, qui se base sur le cycle lunaire, au cours duquel les musulmans sains sont appelés à se priver de toute alimentation et de boisson entre l’aube et le crépuscule. En République démocratique du Congo, le nombre de musulmans oscille aujourd’hui, selon la Communauté Islamique en RD Congo (COMICO) entre 12 et 15% de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *