Si l’imam Abdallah Mangala, proclamé imam représentant légal de la Communauté Islamique en RD Congo à l’issue du processus électif du 14 mars dernier, a représenté hier l’instance musulmane auprès du président Tshisekedi, son statut continue à être vivement contesté par les fidèles.

Alors qu’une partie des musulmans souhaite voir Shaykh Youssouf Djibondo occuper cette fonction, puisqu’un précédent vote lui avait accordé la faveur des suffrages, d’autres continuent à reconnnaître Shaykh Ali Mwinyi Mkuu comme imam en chef de la COMICO, contestant ainsi tous les processus qui se sont déroulés depuis le début de l’année 2020.

Dans cette situation, il est important de souligner que tous les documents officiels émis par la COMICO continuent aujourd’hui à être signés par Ali Mwinyi en tant « qu’imam représentant légal de la COMICO et Président du Conseil National de l’Islam ». C’est d’ailleurs à ce titre que toute une série de documents a été transmise au gouvernement congolais afin de contester et de rendre caduque l’élection d’Abdallah Mangala à la tête de la Communauté islamique.

Daté du 13 avril, l’un de ces documents porté à l’attention de l’imam Abdallah Mangala – « représentant légal honoraire de la COMICO » – lui demande de cesser de faire « profil bas » :

Pour rappel, l’imam Mangala et l’imam Ali Mwinyi avaient tous deux récolté 127 voix contre 17 pour l’imam Ali Famba Hemedi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *